Le ministre de l’intégration africaine et des Burkinabé de l’extérieur, Paul Robert Tiendrebeogo a procédé à l’ouverture de la réunion de concertation sur le processus de Rabat le jeudi 27 septembre 2018 à Ouagadougou. Cette réunion permettra de présenter le processus de Rabat aux participants.

A la 5ème conférence euro-africaine sur la migration et le développement aussi appelée processus de Rabat tenue le 02 mai 2018 à Marrakech, le Burkina Faso a été désigné pour assurer la présidence de pilotage du processus pour une période d’un an. Pour réussir ce mandat, une implication des acteurs et partenaires au plan national s’avère nécessaire. C’est dans ce cadre que se tient la présente réunion de concertation sur le processus de Rabat.
A la cérémonie d’ouverture, Paul Robert Tiendrebéogo a précisé que « nos travaux permettront d’une part, de mieux appréhender le processus de Rabat et ses principaux enjeux et d’autre part, pour le Burkina Faso de conduire son mandat à bon port. ».
Mais pour réussir ce mandat et donner un visage humain à la migration, plusieurs défis doivent être relevés au nombre desquels , « la protection internationale garantissant le respect des droits fondamentaux des migrants, le respect de la dignité de la personne, l’accès à un emploi décent et aux services sociaux de base, la sécurité », a indiqué le ministre de l’Intégration et des Burkinabè de l’extérieur.

Pour Jeacqueline Zaba, Ambassadrice du Burkina Faso en Bruxelles, le phénomène de la migration est une réalité et le souhait des responsables gouvernementaux et des partenaires, c’est que le droit de ceux qui sont hors de leur pays soit respecté. Ainsi, elle apprécie la réunion de concertation qui pour elle, « permettra d’expliquer à nos concitoyens, à tous les acteurs au niveau national le processus de Rabat et pourquoi le processus de Rabat ».
Lancé en 2006, le processus de Rabat est un cadre de concertation entre les partenaires du Nord et du Sud et l’objectif est de promouvoir le développement de politiques migratoires et renforcer la synergie entre migration et développement. Dans le fonctionnement du processus de Rabat, une soixantaine de pays, les Commissions européenne et la CEDEAO discutent des questions liées à la migration et au développement dans un esprit de partenariat bien compris entre l’Afrique et l’Europe. Les pays de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique du Nord et de l’Afrique Centrale sont membres du processus de Rabat.
L’évolution du phénomène migratoire, la vulnérabilité des migrants, la violation des droits fondamentaux des migrants sont entre autres, les pratiques qui ont conduit à la création du processus de Rabat.

Bernard Hien
Kaceto.net

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.