Le Conseil national des OSC est troublé par le silence de l’Union africaine, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) face aux attaques terroristes qui endeuillent le Burkina depuis des mois. Il voit dans ces attaques un plan de déstabilisation politique et apporte son soutien aux Forces de défense et de sécurité et au gouvernement

Le Burkina Faso continue d’être la cible d’attaques terroristes avec de nombreuses pertes en vies humaines. Ces attaques finissent par convaincre qu’un plan de déstabilisation du pays est bel et bien établi et s’exécute conformément au chronogramme des auteurs. Ainsi, depuis 2015, le peuple burkinabè continue chaque jour d’enterrer ses filles et fils engagés dans la défense du territoire national et dans la protection du peuple burkinabè et de ses amis étrangers qui y vivent.

Il ne fait donc plus d’aucun doute que ces attaques relèvent d’un objectif à réaliser coûte que coûte dans une échéance prévue. Ainsi, de plus en plus, la pression monte dans le but de réaliser cet objectif dans les délais des auteurs. Fort de cette conviction, le Conseil national des organisations de la société civile regrette avec étonnement, un silence de la communauté internationale, notamment la CEDEAO, l’Union africaine et l’UEMOA, face aux rudes épreuves auxquelles le peuple burkinabè est actuellement confronté. Le Conseil national des organisations de la société civile du Burkina Faso réaffirme son soutien total au gouvernement du Burkina Faso et l’encourage à redoubler d’efforts avec nos vaillantes forces de défense et de sécurité pour plus d’efficacité face à la guerre qui nous est imposée.

Le Conseil national des organisations de la société civile du Burkina Faso réitère également son soutien sans faille aux forces de défense et de sécurité et leur demande une fois de plus d’être fortes au plan moral. L’objectif des auteurs est de monter le peuple burkinabè dans toutes ses composantes contre le pouvoir en place afin de faciliter la réalisation de leurs objectifs. C’est pourquoi, le peuple burkinabè doit comprendre que les seuls moments qui unissent un peuple en bloc autour de leurs dirigeants sont les moments de guerres contre son pays, quelles que soient nos inimitiés et divergences.

Le Conseil national des OSC du Burkina Faso appelle donc le peuple burkinabè à faire corps avec le gouvernement en place et les forces de défense et de sécurité face à l’ennemi commun. Nulle part au monde on a vaincu un peuple. Nous devons donc faire bloc pour faire échec à cette guerre injuste contre notre peuple.

Ouagadougou le 06 octobre 2018

Le Conseil national des OSC
Le Président jonas HIEN

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.