C’est parti depuis hier 23 avril pour la 12ème édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumambo (FEMUA) organisé tous les ans par le groupe musical Magic System, un grand rendez-vous de ce qui se fait de mieux en matière musicale en Afrique.
Des artistes en vue sur le continent et dans la diaspora s’y retrouvent pour communier, en plein air, avec un public largement jeune. Le FEMUA, c’est une semaine de concerts live d’une qualité qui n’a rien à envier à ce qui se fait ailleurs.
L’innovation de cette année réside dans l’institution d’un Pays invité d’honneur, et c’est le Burkina, pays d’origine du leader de Magic System, A’Salfo qui est justement à l’honneur. Une grosse délégation, composée d’artistes musiciens et de la troupe warba de du Ganzourgou, conduite par le ministre de la Culture, Abdoul Karim Sango y prend part. Dans son discours, le ministre Sango a rappelé les liens séculaires qui unissent les deux peuples et remercié le commissariat général du FEMUA d’avoir choisi son pays comme invité d’honneur.
" La Côte d’Ivoire a trop souffert. Nous n’avons plus besoin de ça. Le monde entier nous regarde. Cultivons des valeurs de paix et de tolérance. Mettons l’intérêt général au-dessus des intérêts partisans pour un développement durable de la Côte d’Ivoire" a lancé pour sa part le commissaire général du FEMUA, A’Salfo. Une adresse aux hommes politiques au moment où la tension ne cesse de monter dans le débat public relativement à la présidentielle de 2020.
C’est Dominique Ouattara, l’épouse prédisent Alassane Ouattara qui est la marraine de cette édition dont la clôture est prévue le 28 avril prochain.

Kaceto.net

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.