A l’occasion du 44è anniversaire de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEADEAO), le ministre de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Paul Robert Tiendrebéogo salue les avancées dans le processus d’intégration et souligne les défis qui restent à relever pour une réelle Afrique de l’Ouest des peuples

Le 28 mai 1975, les dirigeants de l’Afrique de l’Ouest scellaient leur vision commune d’une sous-région unie et prospère, par adoption du Traité créant la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
En ce jour anniversaire, il faut d’emblée rendre hommage aux pères-fondateurs de notre organisation et à tous ceux qui, depuis 1975, en ont porté haut le flambeau.
Depuis 1975, plusieurs Protocoles ont renforcé l’architecture juridique et institutionnelle de la Communauté, lui donnant d’être aujourd’hui la Communauté économique régionale africaine dont le processus d’intégration est le plus avancé.
De sa vocation initiale d’organisation d’intégration économique, la CEDEAO a dû, dans les années 90, adapter son mandat en l’élargissant notamment aux questions de paix et de sécurité. Il ne pouvait en être autrement, d’une part parce que l’environnement géopolitique avait profondément évolué, d’autre part parce que l’évidence du lien entre paix, sécurité et développement était plus évident que jamais !
Dans cette même dynamique, et tout en procédant à partir de 2006, à la révision de la structure de sa gouvernance administrative, passant alors d’un Secrétariat à une Commission, la CEDEAO s’est dotée d’institutions et d’organes spécialisés, en l’occurrence le Parlement, la Cour de Justice, l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS, ex-OCCGE), le Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent (GIABA).
Il convient également de noter la mise en place d’un nouveau régime juridique des Actes communautaires facilitant l’application des décisions des organes de gouvernance politique, avec pour objectif de rendre la CEDEAO plus performante.
Enfin, et renouvelant leur engagement à s’investir dans la recherche du bien-être de leurs populations, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont adopté la vision 2020, qui vise à passer d’une CEDEAO des Etats, à une CEDEAO des peuples.
Aujourd’hui, la CEDEAO, c’est une organisation de 15 Etats membres et de 320 millions d’habitants, c’est-à-dire un acteur de premier plan de l’intégration africaine et de la mise en œuvre de l’Agenda 2063.
Nous pouvons donc nous féliciter du chemin parcouru, tout en reconnaissant que, comme tout autre, le processus est perfectible. En effet, les défis à relever sont encore nombreux, mais notre détermination commune de les relever est ferme.
C’est cette détermination qui vaincra en particulier l’hydre terroriste et l’insécurité qui, depuis quelques années, frappent certains pays de la sous-région, mettant à mal leurs efforts de développement, le vivre ensemble et la cohésion de leurs sociétés.
L’année 2019 consacre aussi les 40 ans de la signature du Protocole sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d’établissement, l’un des piliers importants de l’intégration sous régionale adopté à Dakar le 29 mai 1979.
A cet égard, il convient de rappeler que c’est au Président Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, que ses Pairs ont confié le leadership du suivi de la mise en œuvre du protocole sur la libre circulation. Sur cette question, les progrès sont notables. Malheureusement, des barrières tarifaires et non tarifaires, des tracasseries de tous genres, continuent de pénaliser les efforts de construction d’un espace ouest-africain ouvert et libre. Mais nul doute qu’avec le concours de tous ses homologues, le Président du Faso conduira son mandat avec succès.
A l’orée de l’année 2020, ce succès sera une inestimable contribution à l’avènement de la « CEDEAO des peuples », c’est-à-dire, « une région sans frontière, paisible, prospère et cohérente, bâtie sur la bonne gouvernance, où les populations ont accès aux ressources abondantes, en vue de les exploiter, à travers la création d’opportunités de développement durable et de préservation de l’environnement ».
L’Agenda communautaire est ambitieux. Mais cette ambition est à la mesure des nombreuses et légitimes attentes de nos populations : plus de paix, de sécurité, de stabilité, davantage de croissance et un développement véritablement durable.
Avec dévouement et abnégation, des femmes et des hommes se sont engagés à porter et à concrétiser cette ambition. Au quotidien, et dans un contexte parfois difficile, ils œuvrent à la transformation de cet Agenda en actions concrètes, pour le bonheur des populations. Merci et félicitations au président de la Commission, aux commissaires et à tout le personnel de l’Organisation !
Joyeux anniversaire à toutes et à tous !
Tous engagés pour la CEDEAO des peuples !
Merci !
Thank you !
Obrigado !

Paul Robert Tiendrebéogo
Ministre de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.