Lettre ouverte du Mouvement des patriotes pour la cohésion nationale (MPCN) suite à l’interview qu’il accordée au magazine Jeune Afrique (numéro 3049 du 16 au 22 juin 2019)

Monsieur Yacouba Isaac Zida, Ancien Premier Ministre du Burkina Faso,
Dans un entretien accordé au magazine Jeune Afrique, numéro 3049 du 16 au 22 juin 2019, revêtant une tunique d’agneau sur un corps de loups, vous n’êtes pas allé d’une main morte pour fustiger avec beaucoup de subjectivité la gouvernance actuelle au Burkina Faso sous la férule du Président Roch Marc Christian Kabore.
Morceaux choisis, vous avez énoncé ces diatribes austères suivantes : "Ma critique n’est pas personnelle. Elle porte sur sa gouvernance, que je considère comme catastrophique pour le pays. J’ai discuté avec lui avant et après son élection. Je lui ai toujours conseillé d’œuvrer à la réconciliation nationale. Mais ce n’était pas une priorité pour lui... La situation est terrible. La gouvernance du Président Kaboré est pire que tout ce que le Burkina Faso a connu jusqu’à présent. Outre l’échec de la réconciliation nationale, la corruption et la gabegie sont partout. Le train de vie de l’État, que nous avons réduit sous la transition, a augmenté. Vous ne pouvez pas dire que le pays a des difficultés et augmenter les fonds de souveraineté dont la gestion est laissée à la discrétion de quelques-uns".
Ces critiques acerbes émanant d’un lieutenant colonel bombardé général contre toutes les règles établies dans l’armée, et sous une Transition chaotique sont surprenantes, aberrantes et démagogiques.

Monsieur Yacouba Isaac Zida, que vous avez la mémoire courte ! Après avoir usurpé le pouvoir au peuple pendant l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 par la force des armes du RSP, alors que vous étiez numéro 2 de ce régiment chargé exceptionnellement de protéger le pouvoir du président Blaise Compaoré, vous avez travaillé à diviser les filles et les fils du Burkina Faso en foulant aux pieds la constitution, loi fondamentale du pays. C’est sous votre magistère que les Burkinabè ont été classés en deux groupes distincts : d’un côté les insurgés qualifiés de vrais Burkinabè et de l’autre, les partisans de l’ex majorité traités d’apatrides. Par des contorsions jamais vues dans ce pays, votre régime a exclu tout un pan de la classe politique et leurs partisans à l’élection présidentielle de 2015. Comment un pourfendeur du vivre ensemble que vous avez été sous la récente Transition au Burkina Faso, peut il aujourd’hui sous des subterfuges faire la morale au président Roch Marc Christian Kabore sur la question de la réconciliation nationale ?

Monsieur Yacouba Isaac Zida, Ancien Premier Ministre du Burkina Faso,
Dans votre réquisitoire, vous faites cas aujourd’hui de la corruption et la gabegie qui aurait atteint un niveau jamais égalé. Vous vous attribuez même un blanc-seing dans votre gestion pendant la Transition en indexant le rapport de la cour des comptes sur le sujet. Chose étrange, vous oubliez du coup l’audit de l’autorité supérieure du contrôle de l’État (ASCE/LC) qui avait décelé des fautes graves de gestion sous la transition politique : le pillage au premier ministère, les dérives financières du bureau militaire de la transition, l’accaparement illégal de parcelles de la Sonatur dans le quartier Ouaga 2000, bonus indûment octroyé aux membres du gouvernement Zida à la fin de la transition...
Comment peut-on s’être octroyé ces nombreux passes droits, et aujourd’hui adopter une posture de donneur de leçons au double plan de la gestion des finances et de la réduction du train de l’État ?

Monsieur Yacouba Isaac Zida, Ancien Premier Ministre du Burkina Faso,
Il est difficile de convaincre l’opinion que le "patriote" bombardé au grade de Général que vous prétendez être puisse déserter l’armée burkinabè en pleine guerre contre le terrorisme en s’octroyant des vacances douillets à l’extérieur. Il est de votre droit en tant Burkinabè d’avoir une ambition nationale, mais il sied par honnêteté intellectuelle de ne pas tripatouiller l’histoire récente du Burkina Faso.

Tout en vous souhaitant une bonne réception de notre lettre, veuillez agréer Monsieur Yacouba Isaac Zida, l’expression de nos salutations distinguées.

Ouagadougou, le 18 juin 2019

Pour le Mouvement des Patriotes pour la Cohésion Nationale (MPCN)

Christophe Ouedraogo
(Porte Parole)

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.