Suite à la mort suspecte de onze personnes dans les locaux de l’Unité anti-drogue de la police, le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples interpelle le gouvernement et les autorités judiciaires à faire rapidement la lumière sur ce drame qui constitue une violation très grave des droits de l’homme.

En ces circonstances particulièrement tragiques, la Section présente ses condoléances les plus attristées aux familles éplorées.

Par ailleurs, ce drame survient dans le sillage d’autres décès suspects de personnes privées de liberté intervenus dans des locaux de police et de gendarmerie de la ville et même dans l’enceinte du Tribunal de grande instance de Ouagadougou et qui ont été signalés à la Section.

Ces incidents graves traduisent malheureusement un mépris des garanties et protection reconnues aux personnes sous main de justice, notamment la présomption d’innocence, l’interdiction de la torture et des traitements inhumains et le respect de la dignité inhérente à la personne humaine.

La Section prend note de l’ouverture de l’enquête annoncée par le parquet près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou concernant la tragédie survenue dans les locaux de l’unité Anti-Drogue. Elle suit également le sort des autres cas de décès dont l’opinion n’a pas été officiellement informée et attend vivement la manifestation de la vérité et de la justice dans tous ces cas.

Au regard de ce qui précède, la Section MBDHP du Kadiogo :

réitère ses condoléances les plus attristées aux familles des personnes décédées ;
invite les autorités judiciaires à œuvrer diligemment à la manifestation de la lumière et de la justice sur ces drames ;
Appelle les structures en charge de la défense du territoire et de la sécurité à une réelle considération des droits humains dans l’accomplissement de leurs missions, conformément aux exigences des règles et principes de l’Etat de droit, dans ce contexte national déjà délétère en matière de sécurité des citoyens ;
Appelle également le gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires pour le respect effectif de ses obligations en rapport avec les textes nationaux et internationaux auxquels il a librement souscrit en matière de traitement des personnes privées de liberté.
Fait à Ouagadougou, le 18 juillet 2019

Le Bureau de la Section

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.