Il y a quatre ans, à la veille du lancement officiel de la campagne pour les élections générales, des éléments du Régiment de sécurité présidentielle, l’élite de l’armée burkinabè fomentait un coup d’Etat contre les institutions de la Transition en arrêtant le président Michel Kafando, le premier ministre Isaac Zida et quelques ministres. Ils proclament l’avènement du Conseil national pour la démocratie (CND), présidé par le Général Gilbert Diendéré, le Monsieur sécurité du président Blaise Compaoré.
Un putsch condamnée par la CEDEAO et l’Union africaine et combattu par une large partie des Burkinabè. L’aventure tourne au vinaigre, obligeants les putschistes à déposer les armes. L’Union pour la renaissance, parti sankariste (UNIR/PS) s’en souvient !

Seize (16) septembre 2015 – 16 septembre 2019 ! Voilà déjà 4 ans que des éléments issus de l’ex Régiment de sécurité présidentielle (RSP), appuyés par quelques civils ont décidé de ramer à contre-courant de l’histoire de notre peuple. Le dessein sinistre et lugubre de ces hommes dégénérés était de tenter d’arrêter la marche radieuse de notre peuple vers la liberté et la démocratie que l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 venait de consacrer.
En ce triste anniversaire, je voudrais au nom de l’UNIR/PS avoir une pensée pieuse envers tous ceux qui sont tombés sur le champ de bataille et une compassion pour leurs familles respectives. A celles et ceux qui souffrent encore dans leur chair des suites de cette folie meurtrière de septembre 2015, je leur exprime toute ma solidarité.
Comme l’avait dit le Président de la Transition, Michel Kafando, « … Dans la liberté, nous avons triomphé ensemble ».
En effet, ce jour-là, le Général Gilbert Diendéré, à la tête d’un commando tentera un coup de force contre les institutions républicaines issues de la Charte de la Transition pour essayer de remettre en cause le processus électoral qui battait son plein.
Débout comme un seul homme, le peuple burkinabé opposera une résistance farouche aux putschistes, et, soutenu par l’armée loyaliste, le Général Gilbert Diendéré sera capturé et le RSP démantelé, contraignant les putschistes à capituler.
L’Union pour la renaissance parti sankariste (UNIR/PS) qui a pris part activement à ce combat pour la démocratie et la liberté s’en souvient. Engagée à l’époque dans la campagne électorale, l’UNIR/PS avait transformé ses structures de campagne en structures de résistance active et ses militants ont été invités à se mettre aux côtés du peuple pour le triomphe de la démocratie.
Oui ! Nous avons ensemble triomphé. Puisque, après avoir vaincu les anti-démocrates et anéanti l’apatridie, le Burkina Faso a procédé à des élections les plus démocratiques de notre histoire et aujourd’hui, la tenue réussie du procès contre le putsch prouve à souhait l’attachement de notre peuple aux idéaux de la démocratie et de la justice sociale.

Malheureusement, notre peuple n’aura pas le temps de savourer sa victoire que notre pays est l’objet d’attaques les plus meurtrières de la part des terroristes dont l’organisation et les moyens laissent supposer des appuis et des collusions multiples.
Comme l’a dit le Pr Joseph Ki-Zerbo, quand vous sautez dans le feu, il y a nécessairement un second saut à faire. Ce second saut pour tous les Burkinabé, c’est gagner la victoire contre le terrorisme sous toutes ses formes.
Alors, convaincue que la sécurité et la paix sont des préalables à l’ancrage démocratique qui est indispensable au développement, l’UNIR/PS exprime avec véhémence son soutien aux forces de Défense et de sécurité(FDS) et exhorte tout le peuple burkinabé à faire corps avec les FDS afin d’opposer une résistance salvatrice aux attaques contre notre peuple et ses institutions.
A l’image de la résistance que les Burkinabé ont mené contre le Régiment de sécurité présidentielle et ses complices de tout bord, par notre unité et notre cohésion, nous pouvons aussi venir à bout des terroristes quel qu’en soit leur bord.
C’est pourquoi, en ce jour anniversaire qui rappelle notre cause commune, l’UNIR/PS voudrait féliciter les forces de Défense et de sécurité pour leur grande détermination à assurer la paix, la sécurité et la quiétude à chaque citoyen. Elle félicite les plus hautes autorités dans leur détermination à combattre le terrorisme et les exhorte à ne ménager aucun effort pour soutenir conséquemment les FDS.
Que Dieu bénisse notre chère patrie
Vive le Burkina Faso
Pas un pas sans le peuple
Avec le Peuple, victoire !
Fait à Ouagadougou, le 14/09/2019

Le Président
Me Bénéwendé Stanislas Sankara

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.