Le Collectif pour la défense du Faso (CDF) a salué, jeudi à Ouagadougou, l’appel à la mobilisation générale du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré pour le recrutement de volontaires en vue défendre la nation burkinabé.

« Loin d’être un aveu d’impuissance, l’appel aux volontaires est une invite à l’union sacrée des fils du Burkina Faso. Un appel au sursaut patriotique face au terrorisme », a confié le président du CDF, Sawadogo Passamdé.

Les responsables du collectif s’exprimaient jeudi à Ouagadougou au cours d’une conférence de presse.

Selon les conférenciers, de nombreux pays comme la France, le Vietnam, l’Afrique du sud et bien d’autres ont fait appel aux volontaires pour défendre leur pays face à la guerre.

« Chacun de nous doit s’interroger sur son rôle et son apport pour la préservation de l’unité nationale et l’intégrité de notre territoire », a indiqué le premier responsable du CDF.

C’est pourquoi, a-t-il ajouté, le Collectif pour la défense du Faso sonne le tocsin de la mobilisation générale des fils et filles du Burkina Faso de l’intérieur et de la diaspora afin que le terrorisme soit bouté hors des frontières du Burkina Faso.

Le collectif est conscient que la guerre se gagne aussi au niveau matériel, a reconnu M Sawadogo. A cet effet, le collectif suggère qu’en plus du budget de l’Etat « une participation financière à l’effort de guerre soit instaurée pour les Burkinabé » de l’intérieur, de la diaspora et les amis du Burkina Faso

Le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré a, au cours d’une adresse à la Nation le 7 novembre 2019, suite à l’attaque d’un convoi des travailleurs de la société minière SEMAFO faisant 38 morts, autorisé le recrutement de volontaire pour lutter contre le terrorisme au Burkina Faso

Agence de l’information du Burkina.

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.