Ceci est une contribution d’un groupe de juristes des promotions 2000 a 2005 de université Ouaga 2 pour lutter contre la propagation du coronavirus au Burkina Faso.

Acte1 : A l’attention du Gouvernement

Vu l’évolution de la pandémie au Burkina Faso, conscient que la situation liée à cette pandémie du coronavirus est inquiétante voire très préoccupante, un groupe de juristes de différentes promotions de 2000 à 2005 réuni autour d’un forum WhatsApp, veut bien apporter sa modeste contribution pour stopper la propagation du coronavirus. Après des échanges sur sa plateforme, le groupe a retenu qu’il est urgent d’adopter des mesures efficaces selon notre contexte national. Pour ce faire, le forum a relevé d’emblée la nécessité qui s’impose de rationaliser l’exercice du pouvoir réglementaire en décrétant l’état d’urgence et l’état d’alerte sanitaire avec des mesures de restrictions (capitaliser et raffiner celles existantes). A cet effet, le groupe propose ce qui suit :

Le renforcement de la coordination au plus haut sommet de l’Etat, de la gestion de la crise et des réponses à la problématique de la pandémie ;
La préservation des principes essentiels de l’État de droit en cette période de crise et l’encouragement des différents acteurs à la sensibilisation ;
Le confinement et la mise en quarantaine s’il y a lieu des grandes villes ou des foyers actifs de coronavirus en vue de briser la chaîne de contamination ;
La possibilité d’organiser un confinement total et général ou zonal de la population pendant un (01) mois en fonction de la structuration de l’Etat ;
La nécessité d’intensifier la sensibilisation des populations pour l’observation des bonnes pratiques en impliquant les chefs coutumiers religieux et les leaders d’opinion dans la sensibilisation des populations locales ;
La réduction des activités non-essentielles en vue de réduire les mouvements des populations ;
L’encouragement des travailleurs au télétravail suivi d’une réduction des coûts de connexion mais de haut débit et l’organisation des équipes de rotation ;
L’amélioration de la prise en charge médicale tout en explorant la piste des tradipraticiens ;
La pulvérisation aux heures de couvre-feu, de toutes les villes ou des foyers identifiés en vue de les désinfecter ;
La possibilité de mettre à la disposition des populations des masques hygiéniques et du gel hydro alcoolique à un coût social ;
L’accompagnement et la distribution d’eau potable dans les quartiers pertinents selon le programme de l’ONEA ;
L’aménagement du transport interurbain en concertation avec les compagnies de transports ;
L’allègement des charges locatives des boutiques, des marchés et yaars ainsi que la décharge de la TVA sur certains produits ;
La réduction ou la prise en charge des factures d’eau et d’électricité par le Trésor public ;
L’amélioration de l’accès au Centre de veille et d’alerte contre le Coronavirus.
En tout état de cause, l’Etat devrait prévoir des mesures d’accompagnement étudiées suivant des critères socio-professionnels déterminés.

Dieu bénisse et protège le Burkina Faso !

Fait à Ouaga, le 25 Mars 2020

Le Rapporteur.

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.