Après près de 8 mois de congés forcées en raison de la pandémie du COVID-19, les élèves du Burkina reprennent aujourd"hui 1er octobre le chemin de l’école.
Ce matin, le maire Armand Roland Pierre Béouindé a lancé officiellement la rentrée scolaire dans la commune de Ouagadougou en inaugurant un collège flambant neuf dans l’arrondissement 10.

Ce matin, dans le quartier Ouitenga, dans l’arrondissement numéro 10 de la commune de Ouagadougou, le maire Armand Roland Pierre Béouindé a inauguré l’ouverture d’un collège d’enseignement général (CEG), jour de la rentrée scolaire pour des millions de Burkinabè. L’établissement, qui est logé dans un ensemble scolaire comptant environ 1000 élèves essentiellement dans les classes du primaire, abritera cette année deux classes du secondaire : la 6è et la 5è.
Le bâtiment, un R+2, a été financé sur les fonds de la mairie avec le soutien financier de l’Agence française de développement (AFD) et le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales.
Le collège a été inauguré ce matin par le maire Béouindé, qui avait à ses côtés le haut commissaire du Kadiogo, le maire de l’arrondissement 10, Jérémie Sawadogo, le représentant des bailleurs et la directrice de l’enseignement post-primaire non formel, Salia Kaboré Traoré et bien entendu, les acteurs en charge de l’éducation dans cet établissement communal.


A ces derniers, le maire les a invités à prendre soins des infrastructures et équipement mis à leur disposition afin d’assurer la pérennité et le rayonnement du système éducatif communal. Il a exhorté les élèves à donner le meilleur d’eux-mêmes, "à donner le bon exemple par le travail, la discipline et la propreté pour faire de votre établissement une école de référence".
Selon le maire Béouindé, l’établissement qui existe depuis cinq ans sur des sites d’emprunt a désormais une adresse définitive, ce qui permettra aux parents d’envisager l’avenir de leurs enfants à proximité de leurs domiciles.
L’inauguration du collège s’inscrit dans un vaste programme de réalisation d’infrastructures scolaires dont le coût s’établit comme suit :
- 901 178 569 pour l’ouverture de nouveaux collèges
- 458 083 113 pou le renforcement de capacité d’accueil de CEG déjà fonctionnels
- 518 138 969 pour la modernisation d’écoles primaires déjà fonctionnelles
- 287 203 603 pour la construction de mûrs de clôture
- 24 246 000 pour la réalisation de forages.
La directrice de l’enseignement post-primaire non formel a indiqué que l’accent sera mis sur l’éducation des filles, car rappelle t-elle, "éduquer une fille, c’est bâtir une nation".

Dominique Koné
Kaceto.net