Colonel Omer Marie Bruno Tapsoba : nouveau Chef d’Etat-major de la Gendarmerie Nationale

2017-05-24

Le mardi 23 mai 2017 a eu lieu le cérémonial de prise de commandement de la Gendarmerie Nationale à Ouagadougou. Cette cérémonie a été présidée par le Général de Brigade Oumarou Sadou, Chef d’Etat-major Général des Armées du Burkina Faso. Collègues, proches collaborateurs, parents, amis et connaissances étaient présent pour soutenir le nouveau CMGN. Le (...)


Violentée et déshabillée dans la rue par une foule surexcitée, Adja Divine en veut à la police

2017-05-24

Les images nues de l’artiste chanteuse Adja Divine ont fait le tour des réseaux sociaux hier 23 mai. Accusée d’avoir volé des enfants, elle a été battue, et mise à une en pleine heure de pointe à Ouagadougou. L’artiste choquée et le visage tuméfié s’est confiée à nos confrères de la radio Oméga « Je suis Diessongo Adjaratou, c’est moi qui ai été accusée (...)


Image insolite !

2017-05-23

Vu cet-après-midi sur le Bld Charles de Gaulle à Ouagadougou. Un cyclomotoriste objet de toute les attentions des autres usagers de a route. On le regarde avec curiosité. Il porte une chemise en pagne avec, sur le dos, une grande photo de Blaise Compaoré. Provocateur ou indécrottable admirateur de l’ancien président ? En tout cas, les sourires et (...)


Défense des droits de l’homme : nouveau statut continental pour le CIFDHA

2017-05-23

Une bonne nouvelle pour le Centre d’Information et de Formation en matière de Droits Humains en Afrique (CIFDHA). Hier 22 mai, cette ONG burkinabè connue pour son activisme dans la défense des droits de l’homme, a officiellement obtenu le statut d’observateur auprès de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples . La décision a été (...)


Société : l’impuissance de l’Etat face à la délinquance routière

2017-05-23

La scène se déroule sur la Circulaire peu avant la station CGEL-B et c’est un témoin qui la rapporte. En plein milieu de la voie, un monsieur qui avait remorqué une femme sur une moto, ralentit et immobilise l’engin. Il descend et remet le guidon à la dame. Puis, tranquillement, il traverse la voie opposée, pendant que la dame continue sur la moto. (...)


5 morts dans la commune de Ténado : Bassolma Bazié mène la médiation pour que le bilan ne s’aggrave pas

2017-05-23

Les ressortissants de la commune de Ténado qui ont vécu des tragiques affrontements entre Koglowéogos et populations, s’organisent depuis le samedi 20 mai pour le retour de la paix. Originaire du village de Koukouldi, Bassolma Bazié a été porté à la tête d’une délégation de la localité. Il a animé une conférence de presse à ce propos, ce lundi 22 mai (...)


Evenements tragiques de TIALGO : Communiqué des Organisations de défense des Droits de l’Homme

2017-05-22

Dans un communiqué laconique que caricatural relatif aux évènements malheureux de Tialgo, commune rurale de la province du Sanguié à 45 km de Koudougou, le gouvernement du Burkina Faso informait officiellement l’opinion nationale et internationale sur le bilan macabre de 05 personnes tuées et 10 autres blessées à la suite des affrontements entre des (...)


Bittou : deux morts et cinq blessés à cause d’une intronisation coutumière

2017-05-21

Tenkodogo, 21 mai 2017 (AIB)- Deux personnes ont été tuées hier samedi et cinq autres blessées à Mogandé (Bittou), à la suite de contestations autour de l’intronisation d’un chef traditionnel, a appris l’AIB auprès des autorités locales. Un affrontement suite à une intronisation d’un chef coutumier dans le village de Mogandé, commune de Bittou, s’est (...)


Tialgho :quand les Koglowéogos se comportent en terroristes

2017-05-20

Enlèvement d’otages, attaques à main armée, demande de rançon. Les agissements des Koglowéogos s’apparentent fortement à du terrorisme. En tout cas, c’est ce que vivent les ressortissants du village de Thialgo. "Vous venez du même village. Vous êtes donc tous coupables". Voici la philosophie des Koglowéogos qui les amène à s’en prendre à de parfaits (...)


Jeunesse-emploi : offrir à chaque jeune un emploi décent d’ici à 2020

2017-05-20

Le ministère en charge de la Jeunesse a décliné ce vendredi, ses projets et programmes, destinés à assurer à chaque jeune Burkinabè, un emploi décent d’ici à 2020, alors qu’en 2014, les jeunes de 15 à 34 ans constituaient 63, 76% des chômeurs. « La nouvelle vision consiste à construire une administration moderne, capable de promouvoir l’employabilité, (...)