Le ministre de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), Stanislas Ouaro a donné hier matin le top départ des examens scolaires de fin d’année. Pour cette session 2021, les candidats du primaire et secondaire débutent les épreuves le même jour, une nouveauté introduite pour mieux rationaliser l’organisation des examens.

Ambiance inhabituelle hier matin dans la cour du Groupe scolaire Saint Viateur, dans l’arrondissement N°10 de Ouagadougou où le ministre de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), Stanislas Ouaoro a lancé le début des épreuves des examens scolaires de fin d’année.
Le gouverneur de la région du Centre, Sibiri de Issa Ouédraogo, le président du conseil régional du Centre Eric Tiemtoré, le directeur de cabinet du MENAPLN, Soumaïla Ouédraogo sont là et discutent. Des journalistes aussi. Il est environ 6h40mn. Arrivent le premier, le troisième adjoint au maire de Ouagadougou, Moussa Bélem et Joseph Ouédraogo et le directeur de cabinet Rigobert Tiendrebéogo. Dans les classes, les élèves du primaire et du secondaire candidats au certificat d’études primaires et élémentaires (CEPE) et du brevet d’études du premier cycle (BEPC) attendent sagement le début des preuves. Le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé vient de faire son entrée dans la cour ; covid -19 oblige, il salue ceux qui l’ont devancés les mains jointes et reçoit des félicitations pour la victoire de l’ASFA-Y- dont il est le PCA- en finale de la coupe du Faso disputée le 20 juin. On attend plus que le ministre en charge de l’Education qui arrive quelques minutes après le maire. Il porte un costume bleu et une chemise blanche assortie d’une cravate rayée.


Les photographes le mitraillent. Très vite, un attroupement se fait autour de lui. La foule se dirige vers les classes retenues, histoire de s’assurer que tout va bien et encourager les candidats. "Nous avons encore du temps avant l’ouverture des enveloppes contenant les épreuves" explique le protocole du ministre. Il faut donc meubler le temps en attendant. Les consignes sont précises : 7h20 pour le certificat et autour de 7h25 pour le brevet. Le maire de l’arrondissement N°10, Jérémie Sawadogo vient de rejoindre le groupe de personnalités.
Cette année, le ministère a convié la mairie de Ouagadougou pour lancer ensemble le début des examens. La presse est massivement mobilisée pour couvrir l’événement de la journée. Pour les journalistes télé et les photographes, il faut faire des coudes pour être bien positionné et avoir de belles images. Il est maintenant l’heure. Entouré du maire de Ouagadougou et de l’arrondissement, du gouverneur de la région du Centre et du président du conseil régional du Centre, le ministre tient entre les mains l’enveloppe contenant les épreuves de CEPE. Le rituel est connu. Il faut vérifier, devant les élèves et les surveillants, qu’elle est bien fermée.
Le maire de Ouaga et le gouverneur l’aident à l’ouvrir. Il l’ouvre, sort les épreuves et les présente à l’assistance.
Les choses sérieuses peuvent commencer les 769 629 candidats au CEPE, au BEPC, au CAP et au BEP répartis sur l’ensemble du pays.
Selon le ministre Ouaro, pour cette session 2021, ce sont au total 450 502 inscrits avec 54% de filles inscrits aux CEPE contre 441 027 candidats la session précédente d’où, un accroissement de 02,15%. Au Brevet d’Études du Premier Cycle (BEPC), les inscrits à la session de 2021 sont au nombre de 301 357 dont 55,99% de filles, soit une baisse de 05,07% par rapport à 2020 où on avait enregistré 317 466 candidats inscrits .


Aux examens de l’Enseignement et la Formation Techniques et Professionnels (EFTP), Brevet d’Etudes Professionnelles (BEP) et Certificat d’Aptitude Professionnelle(CAP), il y a 17770 inscrits à cette session (avec 37,95% filles et 62,05% de garçons) contre 15 409 la session précédente. On note donc un accroissement de 15,31% par rapport à la session précédente.
Les candidats qui se présentent au BEP sont au nombre 10762 (soit 60,56%) contre 7008 (Soit 39,44%) au CAP.
Dans la région du Centre, on enregistre 72112 candidats au Brevet dont 28303 garçons et 43815 filles. Au BEP et au CAP, ce sont au total 11076 candidats dont 6474 garçons et 4602 filles qui pour qui l’heure de vérité a sonné et qui se lancent à la conquête du parchemin qui sanctionne la fin de l’année. "Les candidats sont en principe prêts », a déclaré le ministre, avant de souligner quelques difficultés rencontrées dans les Hauts-Bassins où la pluie a empêché 140 élèves de rejoindre leurs centre d’examens.

Georges Diao
Kaceto.net