Le gouvernement burkinabè a demandé jeudi, aux partenaires sensibles au bien-être de l’enfant, à rejoindre l’initiative du président du Faso Roch Kaboré : « Assurer à chaque enfant en âge scolaire, au moins un repas équilibré par jour ».

« C’est le lieu pour moi de lancer un appel aux partenaires potentiels, sensibles au bien-être social des enfants à nous rejoindre pour la construction de cette oeuvre d’une importance socioéconomique incontestable », a exhorté jeudi, Yvonne Roumba/Guigma.

La présidente du Comité technique de concertation (CTC) de l’Initiative présidentielle « Assurer à chaque enfant en âge scolaire, au moins un repas équilibré par jour », s’exprimait à l’ouverture de la première session du Comité, créé le 22 janvier 2020.

Selon Mme Guigma, l’engagement du gouvernent vise à permettre à chaque enfant scolarisé de bénéficier au moins d’un repas équilibré par jour, à travers la promotion de l’entreprise rurale, le développement de l’industrie de proximité et la dynamisation de l’industrie agroalimentaire dans le pays.

De son avis, cette initiative du président du Faso Roch Kaboré aura un impact sur la situation des scolaires, en matière de sécurité alimentaire et de maîtrise de la malnutrition au Burkina Faso.

Pour Yvonne Roumba/Guigma, l’avenir du pays repose sur son potentiel humain, car selon elle, 48% des enfants ont moins de 15 ans sur les 20 millions d’habitants du Burkina Faso.

Mme Roumba fait observer que l’alimentation scolaire a été introduite à l’école pour accompagner et motiver le système éducatif pour un mieux-être des enfants burkinabè.

« Elle constitue donc un véritable instrument sur lequel nous pouvons nous adosser afin d’aborder les causes profondes de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition pour le développement de l’éducation de base », a-t-elle indiqué.

Mme Guigma a félicité l’Etat par sa politique de nutrition et de sécurité alimentaire au profit des futurs « hommes de demain » qui a été soutenu par des acteurs nationaux et internationaux.

La présidente du Comité technique de concertation(CTC) de l’Initiative présidentielle « Assurer à chaque enfant en âge scolaire, au moins un repas équilibré par jour » a également exhorté les participants à des échanges « francs » devant permettre de trouver des réponses appropriées à la question des cantines scolaires au Burkina Faso.

Agence d’information du Burkina

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.