Le lycée provincial de Kongoussi (115Km de Ouagadougou) s’est vidé lundi matin de ses élèves, à cause d’un message, ordonnant au proviseur d’enseigner en arabe dans un délai de 72 h, sous peine de voir des familles subir « un désastre total ».

« Monsieur le proviseur (…) Je vous donne un bref délai de 72h pour enseigner l’arabe (…) ou d’arrêter complètement les cours. Sinon, la suite vous le connaissez déjà », indique une note découverte lundi matin sur le tableau d’affichage près de la salle des professeurs du Lycée provincial de Kongoussi.

L’auteur de la note qui se présente comme « le chef de file djihadiste, El Djibril-Sy », a précisé qu’ils sont des « enfants de ce pays » qui se sont engagés dans ce mouvement, pour de l’argent et pour ne pas mourir dans le chômage.

« Si vous ne voulez pas le désastre total de vos familles, respectez simplement ce qu’on vous demande sinon le sort de votre brigade sera plus enviable », poursuit la note.

L’auteur de la lettre fait allusion à l’attaque terroriste de la nuit de mercredi à jeudi qui a coûté la vie à une femme enceinte et à son accompagnant et qui a enregistré de nombreux dégâts au niveau de la brigade de gendarmerie de Kongoussi.

Le proviseur du Lycée Provincial de Kongoussi a confié à l’AIB qu’il a soumis le problème aux autorités et attend des mesures concrètes pour sa sécurité et celles de sa famille et de ses collègues.

Selon nos informations, quelques établissements de Kongoussi qui ont eu vent du message menaçant, ont refermé aussi leurs portes ce lundi matin.

La situation sécuritaire du Burkina Faso, en dégradation depuis 2015, a jeté des milliers de scolaires dans la rue à cause de la fermeture d’un millier d’écoles.

Agence d’Information du Burkina

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.